Library policies Library hours Library catalogue More than 10,000 books in the database!
Brancas; Les amours de Quaterquem
written by "Assollant, Alfred, 1827-1886"
...ral, sous ombre que mes parents l'autorisent, est venu se jeter mes pieds, en plein kiosque, hier. —Et tu ne l'as pas pri de ne plus revenir? —J'allais lui parler, et d'un bon style, lorsque l'avocat a eu la maladresse d'entrer. —C'est fcheux! et qu'as-tu fait? —J'ai mis l'Audinet la porte, et dit l'autre: Je vais me faire coiffer, attendez-moi, s'il vous plat. —Claudie! s'cria Rita d'un air solennel, tu es une forte tte. —Je le crois. —Et tu iras loin, c'est moi qui te le prdis. propos, dis-moi: Connais-tu ce fier binocle qui nous contemplait hier avec tant d'assurance, et que l'hgelien m'a prsent hier? —Ah! ah! dit Claudie en riant, je vois que tu ne porteras pas longtemps le deuil de l'avocat. —Coquette! tu voudrais, pour ta gloire, que je mourusse de jalousie. Quant au binocle, que tu appelles, je crois, Rouxpainsel ou Ratpainsel, ou je ne sais comment, quel homme est-ce, je te prie? —C'est un druide. —Claudie, ma petite Claudie, ne me fais pas languir, je t'en conjure, pense l'hgelien que je t'ai cd de si bon coeur, et parle-moi franchement. —Eh bien, c'est un druide blond. —Je l'ai vu. Aprs? —C'est, dit Mlle Bonsergent, le meilleur garon du monde et le plus gai; mais il a le got de tous les gentilshommes de campagne; il adore les cuisinires. —Fi donc! —J'ai cru que tu voulais savoir la vrit vraie; si tu n'as demand que la vrit officielle, excuse ma sincrit. ce moment, Catherine parut et annona M. Brancas. Rita voulut se lever. Non, reste, dit Claudie. Sa visite ne sera pas longue. Le Parisien parut surpris et gn de la rencontre de Mlle Oliveira; cependant, comme ils avaient tous deux beaucoup d'usage du monde, cet embarras rciproque cessa bientt. Brancas aprs rflexion, fut content d'avoir trouv l'occasion de mettre fin une situation ridic...

This book you can borrow for use directly by visiting our library!

SEE ALSO